dimanche 9 août 2020

Vous prendrez bien quelques nouvelles... (15)

Pour ce nouveau numéro de Vous prendrez bien quelques nouvelles... je m'attaque à deux poids lourds de la Science-Fiction britannique. Peter Hamilton et Alastair Reynolds sont connus pour leurs longs cycles de Space Opera mais ils leur arrivent de faire plus court. Voyons ce que cela donne.

******

Le principe de réalité

Dans une Angleterre au bord du gouffre politiquement et économiquement la solution viendra peut-être de la science. Un trou de ver pouvant emmener les habitants vers une autre planète s'ouvre sur les îles britanniques. Pour y accéder et construire un monde nouveau, il faut respecter les nouvelles lois édictées et surtout être "bien né". 

Autour d'un couple divorcé avec deux enfants, aux idées diamétralement opposées, Peter Hamilton nous livre sa vision pessimiste du devenir du Royaume-Uni. Il se sert du trou de ver pour opposer deux visions : ceux qui veulent repartir de zéro à ceux qui veulent améliorer ce qui existe. Il ne fait qu'effleurer le problème sans jamais aller au bout de la réflexion. Texte divertissant, sympathique où la conclusion assez cynique se devine assez facilement mais et tellement réaliste.

Un électorat qui marche est donc une nouvelle mineure de l'auteur, agréable mais loin d'être incontournable.

jeudi 30 juillet 2020

Les Incontournables récents en SFFF : la version française !



On peut lire sur le blog de Nevertwhere ces quelques mots : "Lorsque les médias généralistes consacrent des articles aux littératures de l’imaginaire, c’est toujours une joie qui tourne rapidement à l’aigre lorsqu'on regarde les ouvrages cités. En effet, les titres proposés sont assez systématiquement les mêmes et ont généralement comme point commun d’avoir tous été écrits entre les années 1950 et les années 1970, le plus souvent par des hommes blancs.


Loin de moi toute idée de remettre en question le statut culte ou la valeur de ces œuvres. Mais tous ces classiques du genre sont-ils vraiment aujourd’hui la meilleure porte d’entrée pour découvrir les littératures de l’imaginaire, et surtout, n’y-a-t-il aucun livre sorti plus récemment qui pourrait intégrer ce club ultra-select ?"


Il y a quelques jours je vous présentais ma liste des Incontournables (récents) SFFF. Sur les 11 romans sélectionnés aucun n'était écrit dans la langue de Molière. Pourtant l’imaginaire francophone regorge de talents, j'ai donc décidé de faire un second top pour mettre ces auteurs et autrices à l'honneur.

Voilà mes Incontournables (récents) SFFF en langue française : 

samedi 25 juillet 2020

Le Cercle Fermé - Jonathan Coe


Changement de millénaire

Je termine la trilogie des Enfants de Longbridge de Jonathan Coe avec le deuxième tome : Le Cercle fermé. Et c'est un peu la déception qui prime. Autant j'avais adoré Au coeur de l'Angleterre et Bienvenue au Club, autant celui-ci me semble "inachevé", à la fois trop et trop peu...

Bye-bye les années soixante-dix, nous retrouvons l'ensemble des protagonistes vingt ans plus tard à l'aube du nouveau millénaire sous le gouvernement de Tony Blair. Si Bienvenue au Club était déjà bien fourni au niveau des personnages, Le Cercle fermé atteint des sommets. Il faut dorénavant ajouter les conjoints, conjointes et enfants au noyau initial. Le panel est large et l'auteur se perd un peu dans toutes les histoires individuelles multipliant les coïncidences et coups de théâtre surréalistes dans les relations entre les uns et les autres.

Les grands événements de ce début de siècle sont passés en revue. Tout commence par le fameux "bug de l'an 2000", puis s'ensuivent les attentats du World Trade Center, l'invasion de l'Irak. L'auteur s'en prend vertement à la politique de Tony Blair. Mais la trame de fond du roman est la montée de l’extrême droite sur fond de mondialisation accrue. Et c'est dans ces périodes troubles que Jonathan Coe fait évoluer sa galerie de personnages chacun cherchant  à réussir sa vie professionnelle sans que sa vie personnelle ne soit affectée. 

Beaucoup de mélancolie et de tendresse dans ce roman mais l’humour So British de Jonathan Coe est toujours bien présent. Il ne se dispense pas d'une critique acerbe du pouvoir, des médias et de la société anglaise, mais il privilégie les histoires personnelles, les amours impossibles et prend soin de répondre à toutes les questions laissées en suspens.

Ce second tome est à mes yeux un peu en deçà de l'ensemble de la trilogie, l'auteur délaissant le politique au profit des personnages et de leurs histoires un peu trop extraordinaires pour être vraies, tirant un peu trop à la ligne. 

Pour conclure, la trilogie des Enfants de Longbridge est une fresque aboutie de notre époque, une critique de nos sociétés de consommation, le reflet de notre égoïsme, le tout dépeint avec humour et finesse. 


lundi 20 juillet 2020

Les Incontournables récents en SFFF !



On peut lire sur le blog de Nevertwhere ces quelques mots : "Lorsque les médias généralistes consacrent des articles aux littératures de l’imaginaire, c’est toujours une joie qui tourne rapidement à l’aigre lorsqu'on regarde les ouvrages cités. En effet, les titres proposés sont assez systématiquement les mêmes et ont généralement comme point commun d’avoir tous été écrits entre les années 1950 et les années 1970, le plus souvent par des hommes blancs.

Loin de moi toute idée de remettre en question le statut culte ou la valeur de ces œuvres. Mais tous ces classiques du genre sont-ils vraiment aujourd’hui la meilleure porte d’entrée pour découvrir les littératures de l’imaginaire, et surtout, n’y-a-t-il aucun livre sorti plus récemment qui pourrait intégrer ce club ultra-select ?"

Voilà pourquoi elle nous propose un petit tag pour ouvrir de nouvelles perspectives sur le sujet : Les incontournables (récents) en SFFF c'est-à-dire publiés en version originale au cours de ce siècle. La blogosphère s'est prise au jeu, les listes fleurissent aussi diverses que variées respectant peu ou prou le maximum de 10 titres !

Je ne pouvais pas passer à côté de ce tag, voilà mes incontournables, liste très subjective et n'engageant que mes blogopotes. ;-)

mercredi 15 juillet 2020

Projet Maki : Bilan à 6 mois




Nous voilà déjà à la moitié du challenge. Il y a 3 mois le premier bilan me permettait de vous donner quelques chiffres. Et j'ai cru comprendre que vous vouliez des graphiques pour égayer ces quelques statistiques... votre requête a été entendue !

Après 25 semaines, le Projet Maki a l'honneur de compter 34 participant.e.s (+2). Chacun.e son rythme, chacun.e sa cadence, certain.e.s respectent les règles à la lettre pour d'autres c'est plutôt "open bar" mais qu'importe le principal étant le partage et la découverte.