mardi 2 juillet 2019

Six Mois, Trois jours - Charlie Jane Anders


3 ennuis, 2 curiosités & 1 claque 

Six mois, trois jours est un recueil de nouvelles de Charlie Jane Anders publié chez J'ai Lu Imaginaire. La nouvelle éponyme a obtenu le prix Hugo et les louanges de nombreux lecteurs. Cependant ma première rencontre avec l'autrice s'est révélée peu convaincante. Tous les oiseaux du ciel m'est en effet tombé des mains. Je n'avais pas forcément l'intention de lire ce recueil (même si maintenant j'aime les nouvelles ;-)) mais les éditions J'ai Lu m'ont gentiment proposé un SP, j'ai hésité avant de finalement accepter. Le format court étant l'occasion de découvrir d'autres facettes de l'autrice.


Notre modèle économique ? Le paradoxe de Fermi

Cette première nouvelle traite de façon originale de la question existentielle que tout le monde se pose : Sommes-nous seuls dans l'univers ? Humour et poésie sont au centre de ce texte humaniste. Une lecture intéressante et intelligente, bref une réussite.

Comme neuf

Changement complet de sujet avec ce deuxième texte. L'autrice nous présente une variation autour de la lampe d'Aladin dans un monde post-apocalyptique. Là encore, le récit est très poétique mais pour ma part je n'ai pas du tout accroché à cette histoire de Génie.


Intestat

Histoire de famille autour d'un père mystérieux sur le point de casser sa pipe. Il faut certainement une bonne dose d'empathie pour se laisser bercer par l'histoire. Texte sans grand intérêt.


Cartographie des morts soudaines

Nouvelle facette de l'autrice avec ce quatrième texte autour du voyage temporel. Une approche originale servie par un concept très novateur. Le format court dessert un peu l'histoire, on aimerait en connaître plus sur cette façon de voyager et sur ses conséquences. Bref, il manque quelque chose pour que l'on puisse pleinement savourer ce texte, dommage !


Trèfle

Cette nouvelle m'a furieusement rappelé son roman Tous les oiseaux du ciel.
Charlie Jane Anders y décrit un univers qui ne me parle pas du tout, on est au-delà de ma suspension d'incrédulité. Sinon, c'est une histoire de chats, de couples et des problèmes inhérents à l'un et/ou à l'autre.


Six mois, trois jours

C'est la nouvelle phare du recueil, je l'ai gardée pour la fin espérant finir sur une bonne note. Et c'est tout simplement une claque. Le pitch est simple :
Quand l'homme qui lit l'avenir rencontre la femme qui prédit les futurs possibles. Et les implications sont nombreuses : avenir versus destin, le combat de la vie ! Passionnant de bout en bout. Rien que pour cette nouvelle, je suis content d'avoir lu ce recueil.


Charlie Jane Anders a une écriture très poétique, un univers bien à elle mais qui ne me correspond pas du tout. L'écriture est fluide, les idées intéressantes mais voilà ce n'est pas ma came. Je suis donc passé un peu à côté de ce recueil. Mais il devrait parler aux lecteurs un peu moins terre-à-terre ou à ceux un peu plus ouverts d'esprit.

Pour conclure, ce recueil est à découvrir au moins pour la nouvelle Six mois, trois jours qui est juste remarquable. Il permet également de se plonger dans l'univers particulier de Charlie Jane Anders.


Gromovar a plus ou moins apprécié. Un recueil charmant pour Lune


6 commentaires:

  1. Lecture prévue pour ma part, vu que j'ai bien aimé Tous les oiseaux du ciel ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu devrais apprécier ce recueil, on retrouve l’imaginaire de l'autrice.

      Supprimer
  2. C'est rassurant que la nouvelle titre plaise même si on passe à côté du reste, ça se tente donc sans trop de risque. ^^

    RépondreSupprimer
  3. Merci de ton avis, je ne pense pas m'y plonger pour le coup, peut-être le roman un jour, qui sait.

    RépondreSupprimer