La fontaine des âges - Nancy Kress

La vie éternelle coûte que coûte

Après Le Nexus du Docteur Erdmann, La fontaine des âges est la deuxième novella de Nancy Kress publiée dans la collection Une-Heure-Lumière du Bélial. Récit de Science Fiction honoré du prix Nebula en 2008, ce récit aborde l'un des thèmes de prédilection de l'autrice qu'est le génie génétique.

Pour cette novella consacrée comme la précédente au temps qui passe, Nancy Kress utilise dans La fontaine des âges un personnage central plus que détestable mais néanmoins truculent. Riche, égoïste, menteur et voleur, Max Feder est un vieil homme qui n'a rien de respectable. Au crépuscule de sa vie, il attend dans sa maison de retraite que son heure vienne. La visite de son fils qu'il n'a jamais aimé et de son petit-fils qu'il déteste tout autant, va entraîner la perte de sa bague. Ce bijou avait une énorme valeur sentimentale pour lui, elle contenait la mèche de cheveux de Daria, son amour de jeunesse. Après la perte de ce souvenir, Max va tout faire pour retrouver Daria. Bien que célèbre, elle est aujourd'hui recluse. Célèbre car elle a développé une maladie la laissant éternellement jeune, et recluse car une société biomédicale utilise Daria comme source de jouvence. L'argent et les connaissances de Max suffiront-ils à la retrouver ?

Max Feder raconte son histoire sautant du présent à différents moments de sa vie, de sa rencontre avec Daria à ses affaires louches le conduisant en prison... difficile d'avoir de l'empathie pour ce vieillard plein aux as, sans scrupules ni remords qui n'a jamais fait attention aux autres excepté lors des quelques jours en compagnie de Daria. C'est d'ailleurs la seule lueur d'humanité qui puisse le faire paraître fragile.

Nancy Kress maîtrise bien son sujet, plaçant les évènements dans un avenir proche, utilisant des biotechnologies crédibles et posant les questions éthiques essentielles. La fontaine des âges est donc un questionnement sur le vieillissement, sur le génie génétique pour le contrer et sur l'accès aux technologies le permettant. On reste un peu sur notre faim, quelques points auraient mérités d'être un peu plus développés tout comme le contexte général mais l'essentiel est là : un texte de qualité, porté par une plume agréable.




Commentaires

  1. Bon, un de plus sur la liste. Mais je vais peut-être attendre l'opération du mois de mai pour l'acheter et obtenir ainsi le H.S. de l'année.
    Merci, en tout cas, pour cet avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée mais en mai il y a aussi du Liu et du Egan dans la collection. ;-)

      Supprimer
  2. Il est évidemment dans ma ligne de mire même si le héros détestable a tendance à me freiner un peu... We will see.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aimer un livre sans aimer le personnage central. Il est là pour faire passer le message...

      Supprimer
  3. Le lien vers chez moi mène sur les dunes d'Arrakis :) On a à peu près le même avis

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi je suis tentée par cette autrice qui pose des questionnements dans ces romans.
    Celui là m’interesse,malgré l’odieux personnage et le mot est faible.lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très bon Nancy Kress, tu peux y aller les yeux fermés.

      Supprimer
  5. Inutile de te dire qu'il est sur ma liste de mes futurs achats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est parfait pour une petite pause lecture entre deux visites aux ruches. :)

      Supprimer
  6. Et hope je prends moi aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Il est aussi sur ma liste lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu feras partie de ceux qui aiment Nancy Kress ! lol

      Supprimer
  8. Lecture prévue, de toute façon j'aime beaucoup ce que fait Nancy Kress en général ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le meilleur mais ce n'est pas le plus mauvais donc ca devrait te plaire...

      Supprimer
  9. Je suis passée complètement à côté, pour ma part… :-( j'ai eu du mal à dépasser le fait que Max est détestable. Je n'ai pas vraiment eu de compassion pour lui, à aucun moment. Et puis l'écriture ne m'a pas plu du tout, même si elle est tout à fait cohérente avec l'ambiance. Ce n'est pas du tout mon style en fait. Mais je suis contente malgré tout d'avoir découvert Nancy Kress.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'est aps obligé d'amer les "héros" pour aimer un livre. Ici il sert admirablement le propos.

      Il faut lire L'une rêve, l'autre pas qui est à ce jour son meilleur texte de l'autrice.

      Supprimer

Publier un commentaire