lundi 18 novembre 2019

Vous prendrez bien quelques nouvelles... (5)

Trois autrices, trois univers

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pioché quelques nouvelles chez 1115 Editions. J'ai profité de leur dernière salve de publications pour me replonger dans leur catalogue. Résultat : trois autrices, trois genres et trois ressentis différents.

Visite Fantôme de Luce Basseterre

Petit tour au pays des maisons hantées avec cette première nouvelle. Luce Basseterre renouvelle le genre tout en gardant les codes du fantastique. Son écriture est très visuelle, on sent l'atmosphère poussiéreuse de cette maison qui n'existe peut-être pas. Les descriptions colorées de cette bicoque alambiquée vous happent. Impossible de sortir de l'histoire et même une fois la nouvelle terminée, on aimerait y retourner pour en savoir plus. Le seul bémol restera pour moi la chute qui ne m'a pas enthousiasmé. 


Forestier, Chausseur d'Elisa Wild

Cette nouvelle que je définirais comme érotico-étrange m'a laissé de marbre. Je n'ai pas bien compris le cheminement de l'histoire. Pourtant cela commençait bien : très intrigant, une belle plume mais je me suis perdu en route.


Infiniment de Louise Roullier

Infiniment est le genre de texte qui vous fait aimer les nouvelles. Ce texte commence comme une banale histoire de science-fiction, des chercheurs tripatouillent l’ADN humain afin d’augmenter l’espérance de vie. Une fois la mise en place faite, le récit prend une tournure vertigineuse. En quelques lignes, Louise Rouillier nous emmène loin, très loin dans l’espace et dans le temps. Le Sense of Wonder dans toute sa splendeur. 

Infiniment m’a fait penser à la phrase de Kafka : l’éternité c’est long, surtout vers la fin !


Ces lectures confirment tout le bien que je pense de cette petite maison d'édition lyonnaise qu'est 1115 Editions. Les textes présentés sont toujours de qualité et très diversifiés, il y en a pour tous les goûts, on accrochera plus ou moins selon notre sensibilité mais il serait dommage de ne pas profiter de leurs publications, avec un rapport qualité/prix inégalable.



Et l'avis, plus détaillé, de Feyd Rautha sur Infiniment



7 commentaires:

  1. Il est prévu que je m'intéresse à cette maison d'édition prochainement :p

    RépondreSupprimer
  2. Je retiens Luce Basseterre. je connaissais "La débusqueuse de monde" mais pas ce roman dont tu parles.

    RépondreSupprimer
  3. Luce Basseterre et Louise Roullier. C'est noté.. et en plus je vais les lire.

    RépondreSupprimer