mercredi 21 février 2018

Mirror - Karl Olsberg


Les dangers de l'hyper-connectivité

Mirror de Karl Olsberg est un thriller d'anticipation ayant pour principaux thèmes les réseaux sociaux, les objets connectés et l'intelligence artificielle.
Le roman s’intéresse aux possesseurs d'un Mirror. Le dernier né des objets connectés, le Mirror est un ami, un double numérique qui conseille en continu et permet à son utilisateur de prendre les "bonnes" décisions dans sa vie personnelle et professionnelle. Pour que le résultat soit optimal, le Mirror qui comprend une oreillette et un bracelet connectés, des lunettes avec caméra intégrée doit être porté en permanence. Il pourra ainsi appréhender le monde qui l'entoure et les interactions de son utilisateur avec le monde extérieur. Chaque mot, chaque phrase, chaque action est contrôlé, régulé, soufflé par l'intelligence artificielle. Tout doucement le libre arbitre disparaît et quand l'ordinateur déraille c'est tout le système qui vacille...

Le roman se divise en trois phases d'inégales valeurs. La première, la plus intéressante, présente le produit, ses fonctionnalités et l'utilisation qui en est faite. Chacun d'entre nous peut se retrouver ici, le monde hyper connecté que nous connaissons n'est vraiment pas loin. Les contours de l'intrigue se dessinent. La suite est beaucoup moins passionnante, je résumerais l'intrigue comme étant l'amour contre la machine. Le soufflé est retombé, les dialogues sont assez creux, froids et les protagonistes bien trop fades. Et pour finir, je vous laisse deviner une happy end on ne peut plus classique.

Reste que ce roman est très intéressant pour la réflexion qu'il engendre sur les Intelligences Artificielles. Il met en exergue notre hyper-dépendance aux réseaux sociaux et notre relative soumission face à la technologie. Quelle est donc notre véritable marge de manœuvre face aux décisions que "prennent" nos objets connectés ?

A signaler la postface de qualité qui est sans appel : il est déjà trop tard. Tout doucement, depuis l'invention du PC, nos vies changent et sont plus de plus dirigées par les ordinateurs. Et chaque jour qui passe nous rapproche d'une "domination" de la machine.

En résumé, thriller d'anticipation qui se lit facilement à découvrir pour le fond plus que pour la forme. 


Anudar est à-peu-près du même avis.




8 commentaires:

  1. Hum, ta chronique me fait penser à mon ressenti à la fin de la lecture d'Interférences de Connie Willis. Un sujet intéressant sur l'hyperconnexion de notre société mais une histoire qui n'est pas à la hauteur et un final trop convenu... Bref, vu ta chronqiue je passerai mon tour sur ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que dans ce domaine les écrivains ont de la matière à exploiter mais qu'il n'arrive pas à trouver un angle d'approche qui accroche. Je ferais le parallèle avec Le Cercle de Dave Eggers même cause, même conséquence mais Mirror est quand même plus abouti.

      Supprimer
  2. Donc, je ne vais pas me précipiter. Bon si je n'ai plus rien à lire, ce sera l'occasion de lui consacrer du temps. Sait-on jamais...

    RépondreSupprimer
  3. Amour et Happy end, je fuis.
    La littérature blanche a trouvé le filon des nouvelles technologies pour effrayer - légèrement - monsieur et madame tout le monde. Pas contre alerter le public, mais enrober tout cela de Bisounours me laisse plus sceptique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le filon est bon et que beaucoup d'auteurs tournent autour. Je confirme que tu n'es pas la cible de ce genre de roman. Mais là encore c'est un thriller ;-)

      Supprimer