lundi 7 novembre 2016

Zéro - Marc Elsberg


Zéro, un groupe de hackers, s'attaque au président des Etats-Unis lors d'une de ses parties de golf. Ou plutôt le ridiculise en le suivant par l'intermédiaire de drones munis de caméras. Le tout étant retransmis sur le net et repris par toutes les télés et tous les réseaux sociaux. Démontrant que personne n'est à l'abri des regards "extérieurs" et que tout le monde peut être sous surveillance.

Cynthia Bonsant, journaliste à l'ancienne, est une quadragénaire un peu dépassée par les nouvelles technologies, préférant son papier, son crayon et aller au contact direct de la population. Son patron ne le voit pas de cet œil et lui demande d'essayer la dernière innovation en date, des lunettes connectées high-tech.

Freemee, une start-up en plein essor, propose des objets connectés et leurs applications associées aux utilisateurs de son réseau social. La particularité de ces applications est qu'elles sont entièrement personnalisées. Pour cela les applications ont besoin des données personnelles de l'utilisateur, taille, poids, fréquence cardiaque mais aussi lieux et personnes fréquentés... Chaque utilisateur se voit ainsi donner des conseils pour améliorer sa vie, son apparence, son alimentation, ses achats... et plus les conseils sont suivis, plus on reçoit de points, plus on grimpe dans le classement.

Ces trois fils narratifs vont se télescoper pour nous donner une course poursuite sans temps mort tout en dénonçant les excès du monde hyper-connecté et de l'utilisation de nos données personnelles par les grands groupes industriels.

Après son premier roman, Black Out, sur notre dépendance aux réseaux électriques, Marc Elsberg s'attaque au cyberespace. Autant le dire de suite, j'ai un peu moins accroché ici. Zéro est à la fois une réussite et un ratage.

Réussite sur le fond avec l'évolution probable des nouvelles technologies, des nouvelles applications qui enferment l'Homme dans une dépendance accrue aux réseaux sociaux et à la "célébrité" éphémère. La dénonciation de l'utilisation de nos données personnelles par les Etats et les grands groupes industriels et la schizophrénie de l'utilisateur lambda qui veut à la fois toujours plus d’accès aux autres, se montrer et/ou espionner son voisin tout en voulant rester caché ou qui laisse accès libre à ses données tout en refusant qu'elles soient utilisées.

Ratage sur la forme, un début rythmé, très visuel, très parlant qui tourne vite à une course poursuite sans fin, sans grand intérêt et surtout sans réalisme. Beaucoup de rebondissements tombent à plat et les nombreuses coïncidences heureuses alourdissent le récit.

Au final, je suis un peu déçu même si cela reste un bon thriller, un bon page-turner qui permet de se poser des questions sur nos pratiques internet, notre dépendance aux réseaux sociaux et sur l'utilisation de nos données personnelles. 

Pour finir un petit mot sur la politique numérique de l'éditeur, 16,99€ le fichier numérique c'est plus qu'excessif, heureusement pour moi ce livre était disponible à la médiathèque. Pour comparaison les livres au Bélial, l'Atalante, Bragelonne, Super 8 éditions, Delpierre, Au diable Vauvert sont entre 10 et 13 euros !!!  A bon entendeur...





L'avis de Valunivers

1 commentaire:

  1. Faudra que je commence par Zero, mais j'avoue ne pas trop être tenté... Je le note quand même!

    RépondreSupprimer