lundi 17 février 2020

Vous prendrez bien quelques nouvelles... (10)

Pour ce nouveau numéro de Vous prendrez bien quelques nouvelles je suis allé piocher du côté de la revue numérique Angle Mort et plus particulièrement du dernier numéro en date.

J'ai sélectionné deux textes, tout d'abord Sing de Karin Tidbeck, l'autrice d'Amatka, un roman que je recommande vivement . Puis Le voyage téléphonique d'Han Song, un auteur chinois qui m'est complètement inconnu. Ce sera donc l'occasion de le découvrir.

*******

Avec Sing, Karin Tidbeck signe une nouvelle poétique et cruelle entre fantastique et fantasy.

Sur Kirina, les habitants ne peuvent pas s'exprimer tout le temps. Quand ils le font c'est sous forme parler ou chanter. Cela dépend du moment de la journée ou plus exactement de la position des différents astres dans le ciel. Et encore tout le monde ne peut chanter, il faut avoir une particularité, c'est ce que va apprendre Petr, un scientifique né dans une station spatiale qui arrive sur Kirina pour étudier les lichens. 

La nouvelle tourne autour de deux personnages, Petr qui découvre Kirina, planète étrange où le parasitisme est la norme, et Aino, une locale, handicapée et rejetée par tous ses concitoyens. Lui veut s'installer sur ce monde physique quand elle, veut quitter son monde natal. Leur rencontre improbable va changer le cours de leur vie.

Comme dans Amatka, l'autrice nous plonge dans un univers étrange où les mots et leur vocalisation font partie intégrante de l'histoire. Sing est de plus un texte humaniste et poignant sur la solitude et l'acceptation de la différence, un texte à découvrir.


*******


Le voyage téléphonique d'Han Song semble nous venir d'un autre âge. Dans un monde parallèle (à moins que ce soit une uchronie) la Chine est à la pointe de la technologie alors que les Etats-Unis sont à la traîne. Dans ce contexte, les chinois ont inventé une nouvelle façon de se déplacer quasiment instantanément sur de très grandes distances : la téléportation via la ligne téléphonique. Mais ce voyage est réservé à une élite, il faut avoir la "carte" qui permet de voyager. Pour éviter toute fraude mais aussi toute invasion ennemie, des techniciens surveillent sans relâche les voyageurs. Zhou Dong est l'un de ces opérateurs. Généralement, le job est plutôt calme. Mais ce soir là, il apprend qu'un criminel tente de s'enfuir du pays via le voyage téléphonique et que les Etats-Unis seraient prêts à envahir le pays par le même moyen.

Ce texte avait tout pour me plaire mais je n'ai pas du tout accroché. L'impression de lire de la mauvaise SF des années 60. La technologie improbable, l'histoire abracadabrante, les personnages fades et la chute sans grand intérêt sont les ingrédients de ce cocktail insipide. Ou alors je ne suis tout simplement pas arrivé à remettre cette nouvelle dans son contexte. Une méconnaissance de la société chinoise, de la dualité de ce pays entre les aspirations de ses citoyens et des rêves de grandeurs de ses dirigeants. Peut-être fallait-il y voir une critique acerbe du pouvoir en place... !

Au final je suis passé complètement à côté de ce texte. Just a Word quant à lui a trouvé la nouvelle passionnante. 





4 commentaires:

  1. J'avais bien aimé les 2 mais préférence pour Sing qui est en effet très particulière. Ca m'avait donné envie de découvrir Amatka, ce que je n'ai toujours pas fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut lire Amatka, il y a quelques similitudes avec cette nouvelle et c'est très bon.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas gardé beaucoup de souvenirs de la nouvelle de Han Song (c'est très old school en effet). Par contre Sing est superbe (et elle m'a fait découvrir Amatka, ce qui la rend excellente à plus d'un titre ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amatka est vraiment bien. J'ai hâte de découvrir d'autres textes de l'autrice.

      Supprimer