mercredi 12 février 2020

Cosmos Incarné - La Fleur de Dieu 3 - Jean Michel Ré

Mysticisme & Psychologie

Troisième et dernier tome de La Fleur de Dieu, Cosmos incarné est dans la lignée des précédents opus de la série.

Je ne vais pas vous faire l'article comme quoi il est difficile de parler du dernier tome d'une trilogie sans déflorer les tenants et aboutissants des premiers romans. Je vais donc faire court (encore plus que d'habitude !). Si vous avez lu La Fleur de Dieu et Les portes Célestes vous ne pouvez pas passer à côté de Cosmos Incarné. Peut-être serez-vous emballé comme Acaniel ou trouverez-vous comme Celindanaé que la conclusion est à la hauteur de l’ensemble. A moins que la Voie ne vous casse les noix comme le dit si bien Le Chien Critique

Je suis très mitigé sur ce dernier tome, je me suis par instants ennuyé quant à d'autres j'étais subjugué par les images que Jean Michel Ré est arrivé à me mettre devant les yeux grâce à une écriture enlevée. Mais le message développé m'a parfois laissé pantois et je n'ai pas totalement adhéré au discours (un peu trop mystique) de l'Enfant.

Le point fort du roman reste cet univers particulier, original et très prenant qui permet à l'auteur de laisser libre court à son imagination et au développement de "ses philosophies". L'évolution de certains personnages sur le plan psychologique, et plus particulièrement celui du Seigneur de Guerre de Latroce, fait partie des bonnes surprises.  

Les chapitres sont très courts et donnent du rythme au récit. L'auteur alterne entre l'action, la tension et des moments plus calmes de réflexion. Le petit plus étant les nombreuses pastilles, ces petits textes relatifs au passé de l'univers, qui permettent de mettre en perspective l’ensemble de l'histoire et de mieux appréhender la globalité des faits.

Court, vif et rythmé Cosmos Incarné clôt de manière satisfaisante la trilogie... on y adhérera ou pas !

Et je n'ai pas parlé du Glossaire, moins volumineux il est parfaitement dispensable ici. Nous sommes en terrain connu, quelques nouveautés mais rien ne nécessitant des allers-retours vers celui-ci. Par contre, le lire à la fin permet de mesurer l’étendue de l'univers développé par Jean Michel Ré... et rien que pour ça, Chapeau !




3 commentaires:

  1. Va falloir qu'on fasse des billets communs, cela nous prendra moins de temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je fais de mon côté, je pompe allègrement tes billets... ;-)

      Supprimer
  2. Il faut que je le lise prochainement, ça m'a tout l'air d'être dans la lignée des deux premiers

    RépondreSupprimer