jeudi 24 octobre 2019

L'enfance attribuée - David Marusek

Pourquoi ce titre !

L'enfance attribuée de David Marusek est la vingt-et-unième novella de la collection Une-Heure-Lumière et clôt la troisième saison de cette collection devenue culte. A noter que ce titre est une réédition, le Bélial l'avait déjà publié en 1999 (la couverture originelle était tout autre (clic), à chacun de se faire un avis même si il n'est pas toujours adéquat de juger les illustrations d'il y a vingt ans avec les yeux d'aujourd'hui ! ;-) )

Comme souvent je me suis lancé dans cette novella sans lire la quatrième de couverture, ni aucun billet chez mes blogopotes. La confiance en la collection... Je m'attendais donc à un texte centré sur la maternité et le désir d'enfants avec en toile de fond les manipulations génétiques. Mais cette novella est bien plus que ça : contrôle des populations et hyper-connectivité de la société sont aussi au programme.

2092, c'est demain et pourtant nous sommes bien loin du monde que nous connaissons. L'immortalité est un fait grâce à la régénérescence des corps. Mais à quel prix ! L'immortalité entraîne non seulement un vieillissement de la population mais aussi une surpopulation. Pour que cela cesse, faire des enfants n'est plus possible, quelques milliers de couples se voient attribuer la possibilité d'avoir un enfant. En effet, les enfants ne sont plus conçus de manière naturelle. L'ADN des parents est prélevé, mixé et intégré à une "matrice". Quelques semaines plus tard, le nourrisson est prêt !

Sam Harger, le narrateur de l'histoire, nous raconte sa rencontre avec Eleanor qui deviendra son épouse. Et comment ils auront le droit d'avoir un bébé. Don du ciel ou cadeau empoissonné, cette attribution va changer le cours de leur vie...

David Marusek nous plonge dans son univers sans nous donner toutes les clefs. L'immersion peut être brutale. Intelligences artificielles, hologrammes et clones font partie du quotidien. Des colonies se sont installées dans le système solaire où des pestes moléculaires se sont développées. Sur Terre, des protections sont mises en place pour échapper à cette peste et ceux qui la contractent voient leur patrimoine génétique touché, ce sont les Altérés. Pour surveiller tout ce petit monde, la Milice Nationale assure une sécurité génétique. Bref un univers foisonnant où tout n'est pas expliqué, à chacun de compléter le tableau.

Avec cette novella l'auteur nous interroge sur la place de l'individu au sein de la société, sur cette  dépendance aux nouvelles technologies qui nous enferment, sur la quête de la vie (de la jeunesse) éternelle et des dérives possibles des manipulations génétiques et bien sûr sur la maternité et le désir d'enfant !

David Marusek frappe un grand coup avec cette novella. Son écriture fluide et très visuelle permet de se fondre dans ce futur qui nous rappelle un peu trop notre présent.





20 commentaires:

  1. oh! Yeah! qu'est-ce que cela me botte désormais. Il est dans ma PAL, je vais lui trouver un petit créneau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca devrait te plaire et te changer les idées. ;-)

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ce texte (et, pour l'anecdote, j'aime bien les deux versions de la couverture, aussi bien celle de 1999 que celle de 2019), un pur chef-d'oeuvre mêlant utopie technologique et dystopie sociétale. Merci pour cette très bonne critique :)

    RépondreSupprimer
  3. Ca m'a l'air plutôt flippant,je passe.

    RépondreSupprimer
  4. "Quelques semaines plus tard, le nourrisson est prêt !", *cling, bruit de fin de minuteur de micro-onde*
    Amusant le lien entre les deux couvertures, volontaire de la part d'Aurélien Police ? (ou juste logique vu le texte ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne remarque. Il faudrait demander à Aurélien Police ou à l'équipe du Bélial si il y a une certaine continuité dans l'illustration.

      Sinon, il y a un peu de ce mode "micro-ondes" mais c'est mieux explicité dans la novella. ;-)

      Supprimer
  5. Elhyandra me l'a fait parvenir gracieusement, je verrais bientôt qi je suis du même avis que toi.

    RépondreSupprimer
  6. Non, je crois que je passe mon tour. Ca ne me dit rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne dit pas grand chose à notre toutou ci dessus... on va attendre son retour ! ;-)

      Supprimer
  7. Intéressant à lire mais pas envie d'en arriver là ^^

    RépondreSupprimer