dimanche 3 décembre 2017

Les sous hommes connectés - Valery Bonneau


Les éditions Numeriklivres m'ont proposé de lire le dernier essai de Valéry Bonneau : Les sous-hommes connectés où il est question de l'Internet des Objets communément appelé Internet of Things ou plus simplement IoT. 

L'IoT est la dernière révolution en matière d'Internet. Tout ce que nous utilisons dans notre vie quotidienne est connecté ou le sera dans un proche avenir. L'auteur nous dépeint ici avec humour, ironie voire sarcasme ce qui nous attend ou plutôt ce que nous sommes en train de vivre. Le constat est sans appel, Internet est partout, tout le temps, et chaque jour de nouveaux objets connectés apparaissent. 

L'essai commence par une mise en bouche sympathique, où Valéry Bonneau nous présente le concept et la petite histoire du télégraphe de 1831 qui deviendra l'Internet des Objets au début du XXIème siècle.

Par la suite il nous raconte la vie quotidienne d'un individu lambda, de ses "déboires" rencontrés lors de l'utilisation des objets connectés qu'il croise du matin au soir, de son lit à son bureau, de sa brosse à dents à sa voiture. Mais aussi les objets reliés à la famille et aux animaux de compagnie (ils font aussi partie de la famille...), ceux que l'on utilise pour se divertir ou se soigner. Bref une liste loin d'être exhaustive mais qui, quand on y pense, fait peur.

Les situations présentées sont souvent amusantes et font réfléchir à notre propre utilisation de certains de ces objets connectés. L'auteur met en évidence notre dépendance à ces objets et notre impuissance face à l'utilisation des données collectées. C'est la fin de la vie privée, nous signons pour cela et même mieux nous payons.

Au final, ce petit essai de 200 pages est plutôt réussi. Il met en exergue notre aliénation à l'Internet des Choses et les dérives qui vont avec. Assez didactique, traité avec humour, il nous permet de réfléchir sur ce que nous voulons et quel est le prix à payer, au propre comme au figuré, pour être libre. Le seul petit bémol reste le côté catalogue parfois redondant. Pour éviter l'indigestion d'objets, il est préférable de lire cet essai par petites touches.

Et pour finir, la citation qui se trouve en quatrième de couverture et qui résume bien le ton du livre : "J’ai fait un rêve : nous étions tous connectés. Tout le temps. Partout. Avec tout et tout le monde. Rêve ou cauchemar ? Je ne sais pas, mais quand je me suis réveillé, mon lit m’a souhaité une bonne journée."


6 commentaires:

  1. Je ne suis pas essai, mais je pense que le livre peut trouver un certain public. Dans ce genre d'ouvrage, difficile de dépasser l'effet catalogue comme tu dis.

    Qu'est ce que l'auteur entend pas internet des objets ? Les objets connectés tels que le frigo, les bracelets de "santé" et de forme, les radiateurs, jouets et autres volets électriques ? Ou élargit-elle aux smartphones, tablettes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit de tous les objets du quotidien comme la fourchette, la brosse à dent, le lit, frigo mais aussi tout ce que tu peux trouver dans ton environnement de travail, crayon, bureau, chaise...
      Tout ce qui est lié à l'homme pour ses loisirs, aux animaux de compagnie.
      Les tablettes et téléphones ne font pas parties de ses "objets"

      Supprimer
    2. Hello, merci pour la critique.

      Certes, il y a une cinquantaine d'objets mais pour éviter l'aspect catalogue, j'ai cherché à tout mettre en scène, à dramatiser avec une progression dans la vie des humains et un final dont je suis plutôt content :-) Bon, vous me direz que c'est pas parce que je l'ai bossé et que j'en suis content que ça transparaît à la lecture. A bientôt.

      Supprimer
    3. Il est vrai que je n'avais pas mis en avant le fil rouge de la vie qui permet de passer d'un objet à l'autre de façon plutôt fluide et logique.
      Merci d'être passé par ici et d'avoir apporté cette précision.
      Je ne sais pas si le "content" peut transparaître à la lecture, mais le côté documenté, approfondi sans aucun doute.

      Supprimer
  2. Pareil que le CC, pas le genre de livre que je cherche. Dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouveras d'autres livres à ton goût... :-)

      Supprimer