Une Heure-Lumière : Hors-Série 2020

La parole est aux traducteurs et traductrices

On ne présente plus la collection Une Heure Lumière du Bélial qui met à l'honneur les novellas, ces romans courts qui n'avaient jusqu'ici que peu de visibilité. Mais le succès de la collection a donné des idées à d'autres éditeurs (L'Atalante, Actes Sud....) qui eux aussi publient plus ou moins régulièrement ce format. 

Ce Hors-Série commence par un court édito d'Olivier Girard. Ensuite la parole est donnée aux traducteurs et traductrices de la collection. Chacun et chacune y va de son petit mot, nous égrène quelques anecdotes et/ou quelques infos. Alors que certains sont prolifiques, d'autres se limitent au strict minimum. Qu'importe il est toujours intéressant de découvrir une partie de l'envers du décor et surtout indispensable de mettre en avant leur travail sans lequel nous serions bien malheureux.


La (longue) nouvelle présente dans ce fascicule, Retour à N'dau est l'œuvre de Kij Jonhson, l'autrice d'Un pont sur la Brume (l'un des meilleurs textes de la collection). Ce récit n'est pas sans rappeler La Marche du Levant de Léafar Izen publié chez Albin Michel Imaginaire. Dans les deux cas, l'action se déroule sur une planète qui tourne très lentement sur elle-même, obligeant les populations à se déplacer continuellement pour ne pas mourir de froid dans les nuits glaciales ou griller sous le soleil torride du jour.

L'action de Retour à N'dau se déroule sur la planète Ping. Les populations sont organisées en convoi et ne se croisent que très rarement, excepté lors de foires pour les échanges indispensables à la survie. Tribu nomade qui se déplace à cheval et accompagnées de chiens, la famille Widen se prépare à rejoindre une de ces foires quand un groupe de cavaliers arrive à sa rencontre...

Récit cruel et difficile, Retour à N'dau est un texte fort, grave mais d'une beauté saisissante. L'autrice fait la part belle à la vie et aux facultés d'adaptation des hommes et des femmes mais aussi à la capacité à pardonner et à oublier.

C'est le deuxième texte de Kij Jonhson que je lis et c'est encore une fois un coup de coeur. Ce texte sauvage et émouvant est une vraie réussite.


Le Hors-Série se termine comme il se doit par le long catalogue des différents opus de la collection et quelques prévisions éditoriales.

Encore une fois merci au Chien Critique pour l'envoi de ce numéro.


Commentaires

  1. Elle est superbe cette nouvelle de Kij Johnson <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
  2. Tout est parfait dans ce hors-série, tant le coup de projecteur sur les traducteurices que la nouvelle.
    Par contre tu as fait une petite erreur, pour parler de "Un Pont sur la brume" tu as mis "(l'un des meilleurs textes de la collection)" à la place de "(le meilleur texte de la collection)". 😇

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez d'accord mais il y a quelques textes de Hard SF qui valent le coup aussi. Mais on ne peut pas comparer...

      Supprimer
  3. J'avais trouvé ce texte sublime également, une belle poésie, une intensité impressionnante dans un format aussi court.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, poétique mais cruel tout en étant optimiste...

      Supprimer
  4. <3 J'aime tellement cette autrice !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que ce n'est pas trop "Fantasy" ca me va... ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire