vendredi 24 janvier 2020

Vous prendrez bien quelques nouvelles... (8) : Lionel Davoust

  



Lionel Davoust est très présent sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter. Ses tweets, parfois poétiques, souvent caustiques, font souvent mouche. J'ai découvert la plume de l'auteur en lisant l'anthologie Dimension Techonscience @ venir. Son texte Changelin autour des biotechnologies et de l'identité m'avait bien plu.  

Sur son blog il met gratuitement à disposition (sous Licence Creative Commons) quelques-unes de ses nouvelles, publiées initialement dans le recueil L'importance de ton regard dans la collection Rivières Blanches, puis rééditées en numérique chez Actu SF. L'occasion pour moi de découvrir d'autres textes de l'auteur.


Personne ne l'a vraiment dit

Cette première nouvelle est très courte mais très intense. Elle nous retrace la vie de Pinocchio une fois qu'il est devenu un petit garçon. La différence et le regard des autres sont au coeur de ce récit.

Ce texte plutôt sombre est tout simplement beau, touchant et émouvant. Trois pages c'est court mais cela peut nous emmener très loin.

Récital pour les Hautes Sphères

Cette seconde nouvelle, un peu plus longue que la précédente, prend doublement aux tripes. C'est l'histoire de Barnabé qui possède plus que l'oreille absolue. Tous les sons de la vie courante se transforment en musique, du bruissement des feuilles dans les arbres au vent qui souffle... et cela le rend dingue. Il ne peut rien entreprendre de sa vie. Il décide donc de se crever les tympans pour échapper à cette musique continuelle. Après cette mutilation, il entend le son des hautes sphères qu'il décide de retranscrire en musique. Par la suite il approche une maison de disques afin de se faire produire.

Critique acerbe de l'industrie du disque où les artistes sont devenus des produits marketing et où la musique devient accessoire. Celle-ci est retravaillée selon les codes ou les desiderata des producteurs sans tenir compte du travail du compositeur. (Toute ressemblance avec les maisons d'édition est purement fortuite ?!). Mais cette nouvelle est aussi une critique des consommateurs. Sans déflorer la conclusion, on va dire que l'auteur n'est pas tendre avec notre boulimie d'appropriation de biens culturels.

A travers l'exemple de la musique, les lecteurs que nous sommes ne peuvent rester indifférents au propos de Lionel Davoust. Bref, encore un texte qui appuie là où cela fait mal.


Tuning Jack

Sur le papier cette nouvelle était celle qui devait le plus m’intéresser : transhumanisme et posthumanisme au sommaire de ce texte d'une trentaine de pages. Lionel Davoust imagine une société où le corps est remodelable à l'infini. Le corps comme pur produit de consommation, il faut se démarquer de ses camarades, avoir le meilleur produit ou le produit qui vous rendra différent. Bref sortir des normes par l'apparence.

L'écriture de l'auteur est toujours aussi agréable et caustique. Le premier paragraphe donne le ton et marque les esprits. Tuning Jack est une critique sévère de la société de consommation et les thématiques sociétales nous interrogent sur la superficialité de notre monde mais malheureusement je n'ai pas trop accroché. J'ai eu un peu de mal sur la forme, j'ai trouvé les dialogues un peu creux, hors du temps. (Lionel Davoust me précise sur twitter que la nouvelle à une quinzaine d'années et que l'oralité vieillit. Je n'avais pas pensé à remettre l'action dans le contexte. Dont acte)

Il y a dans cette nouvelle des similitudes avec Bonheur TM de Jean Baret.


*******

Il va falloir que je me penche plus précisément sur l'oeuvre de Lionel Davoust. J'aime beaucoup sa plume et le côté caustique de ses écrits. 

Lune a également lu et apprécié ces trois nouvelles


Projet Maki - semaine 


12 commentaires:

  1. Je ne connais l'auteur que de nom ayant vu passer certains de ses tweets, mais les trois nouvelles, surtout les deux premières, que tu présentes abordent des thèmes qui m'intéressent... Merci pour ton avis, il est fort probable qu'au moins texte court de l'auteur fasse bientôt partie de mes lectures pour le challenge.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien d'accord pour Personne ne l'a vraiment dit, ce texte m'avait bien retournée.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai le recueil dans ma PAL il faudra que j'y pense pour le challenge (je ne me rappelais même plus que c'était un recueil !).

    RépondreSupprimer
  4. Intrigué, mais un peu sceptique. Mais à ce prix, je pense que j'irais jeté un oeil, d'autant que je ne connais pas l'auteur. Et puis des nouvelles mis en licence libre, c'est cool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et l'auteur explique ça démarche en préambule de ses textes. En gros si tu aimes cette nouvelle, tu pourrais aimer mes autres textes et donc les acheter. C'est du Donnant - Donnant !

      Supprimer
  5. Oh je les ai lu il y a un bon moment aussi ces 3 nouvelles !
    J'avais carrément zappé qu'elles étaient issue de L'importance de ton regard (dont j'ai réussi à acquérir un des tous derniers exemplaire Rivière Blanche <3 )
    Je garde un bon souvenir de ces 3 nouvelles et il est fort probable que je les relise cette année vu que le recueil est dans ma PAL :P

    J'avais découvert l'auteur via une connaissance commune qui m'a offert sa 1ère Novella dans l'univers d'Evanégyre qu'il développe maintenant par "petits bouts".
    Si tu as l'occasion, que tu apprécies la science fantasy c'est franchement sympa

    P.S.: mon avis vis à vis de cet auteur n'est absolument pas objectif puisque je suis une "fangirl" assumée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La science fantasy et moi ne sommes pas vraiment copain ! Mais merci de partager ton fanatisme. ;-)

      Supprimer
  6. Très belle découverte pour moi. Je connaissais pas l'auteur.. Faut pas croire l'art de la nouvelle c'est pas donné à tout le monde; il faut aller à l'essentiel en peu de mots.
    Bravo pour ce"Maki project" qui est un vrai.. "Champion Project"!lol.

    RépondreSupprimer