vendredi 11 août 2017

Le moineau de Dieu - Mary Doria Russell


Cela fait un peu plus de deux semaines que j'ai fini ce livre et je n'ai toujours pas écrit ma chronique. Il faut dire que ce roman ne m'a pas enthousiasmé plus que ça, ce qui ne motive pas vraiment. 

Pourtant, tout commençait bien, le pitch était accrocheur : Emilio Sanchez un linguiste jésuite est l'un des membres de LA mission spatiale qui doit permettre de rencontrer pour la première fois une espèce intelligente extra-terrestre. Malheureusement, il revient seul de ce voyage, dans un état déplorable, décharné, affamé, les mains atrocement mutilées. Un malheur n'arrivant jamais seul, il est de plus accusé à son retour sur Terre de meurtre et de prostitution...

Dans une première partie, nous assistons en parallèle à la réception du message extra-terrestre, aux préparatifs du voyage et aux premieres explications du jésuite sur son voyage. Cette alternance permet de découvrir tous les protagonistes, leurs antagonismes et de se projeter dans l'horreur qu'a vécu Emilio. Malgré quelques longueurs, quelques lenteurs cette première moitié est la plus intéressante à mes yeux, celle qui ouvre les portes à l'imagination, qui interpelle et qui donne envie de connaître la suite...

Cela se complique par la suite, l'arrivée dans le système planétaire, la découverte de la planète et la rencontre avec les habitants... et là il faut laisser une grande partie de son incrédulité au placard. De nombreuses invraisemblances, des facilités de narration font que je ne suis pas arrivé à m'identifier ou à me fondre dans le décor. J'ai perdu le fil de l'histoire, je n'y crois plus et à partir de ce moment j'ai lâché l'affaire et lu les dernières pages en diagonale.

Que reste t-il de ce roman ? 
La difficulté de communication entre deux espèces totalement différentes l'une de l'autre, cela me rappelle les problèmes de langage qu'évoquait China Mieville dans Légationville
Et surtout une immense réflexion sur l'(in)existence de Dieu, où les arguments des croyants, agnostiques et athées s'entrecroisent le long des six cents pages. Immense réflexion qui parfois tourne en une litanie sur la foi, un peu usante sur la longueur.

Pour conclure, Le moineau de Dieu n'est pas un livre pour moi, un peu trop porté sur le questionnement d'un hypothétique Dieu et sur la foi qui s'y rattache. Il pourra plaire à certains et je sais que certains de mes blogopotes l'ont dans leur PAL... j'attends avec impatience leur retour.


 
SSW : Lecture #2

Défi Lecture 2017 : #2. Un livre qui fait partie d'une duologie (la suite n'est pas traduit  !)

6 commentaires:

  1. Déjà, il ne me tentait pas, désormais, ce sera pas di tout.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comme nous n'avons pas forcement les mêmes attentes, les mêmes envies... attendons les prochains avis ;-)

      Supprimer
  2. J'attends mon exemplaire gagné, ton avis refroidit mon attente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis curieux d'avoir ton avis... :-D

      Supprimer
  3. Je n'avais pas prévu de le lire dans l'immédiat, mais si un jour l'occasion se présente j'y réfléchirais à deux fois. Merci pour ton retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avoir une certaine "foi" pour lire ce livre. ;-)

      Supprimer