samedi 21 janvier 2017

Phare 23 - Hugh Howey


Après la trilogie Silo, j'attendais avec impatience le nouveau Hugh Howey. Sorti en septembre dernier, j'ai mis un peu de temps à me le procurer. Il faut dire qu'à 14,99 euros le livre numérique (et ici il ne fait que 240 pages) cela est plus qu'excessif !!! En contrepartie, il n'y a pas de DRM, un miracle, c'est même le seul auteur publié par Actes Sud dans ce cas. On marche sur la tête...

Enfin bref, revenons à Phare 23. Présenté comme un roman, c'est en fait un fix-up, c'est-à-dire la réunion de nouvelles se déroulant dans le même univers pour former un roman à part entière. Cela n'est nullement mentionné par l'éditeur sur la quatrième de couverture... un oubli malvenu d'autant plus que le passage d'une nouvelle à l'autre n'est pas fluide, il manque du liant pour que l’enchaînement se fasse naturellement... je dirais que c'est un peu bancal !!!

Déroutant sur la forme, Phare 23 l'est aussi sur le fond. Nous suivons la vie quotidienne d'un gardien de phare, un phare un peu spécial puisqu'il s'agit en fait d'une balise perdue au fin fond de l'espace qui signale aux vaisseaux de passage la présence d'une ceinture d’astéroïdes. Nous suivons la douce folie d'un homme laissé seul, oublié, qui n'a que peu de contacts avec le monde réel. C'est dans le deuxième chapitre, un long monologue, décalé, à la fois captivant et complètement barré que je me suis demandé ce que je lisais... la suite redevient beaucoup plus classique !!

On peut faire un parallèle avec Silo : une fois encore, dans Phare 23, Hugh Howey nous emmène dans un endroit clos, isolé, loin de tout avec un monde extérieur hostile, mais ici l'auteur s’intéresse plus aux émotions du gardien. Entre introspection et folie douce, ce livre ne laisse pas indifférent. 

Pour conclure, ce roman / fix-up / recueil de nouvelles est assez déroutant, la transposition du gardien de phare des côtes (bretonnes) au fin fond de l'espace est assez bien vu, la solitude du gardien est vibrante de vérité. Au final, c'est un livre dont je me souviendrai, ni vraiment raté, ni vraiment réussi, juste un livre qui a quelque chose de différent... et c'est déjà pas si mal !



Défi Lecture 2017 : #79. Un livre dont le nom de famille de l'auteur tient en 5 lettres

10 commentaires:

  1. Très honnêtement, je crois que je vais passer mon tour sur ce coup-là, il y a sans doute plus important à lire.
    Merci pour ta critique éclairante. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune lecture n'est indispensable... ;-)

      Supprimer
  2. Je passe mon tour, je vais déjà lire Silo. Après,...je ne crois pas quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Silo, c'est bien mieux même si il y a des longueurs et une fin trop "happy". Mais c'est à lire !!!

      Supprimer
  3. Même ressenti. Mais je l'ai déjà quasi oublié. Je me demande si écrit autrement je n'aurais pas beaucoup aimé, notamment avec un vrai roman développant le contexte fort intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a du potentiel en effet, je me demande si l'auteur n'avait pas un contrat avec son éditeur pour sortir quelque chose assez rapidement... pour surfer sur la vague Silo !!

      Supprimer
  4. Prix + malhonnêteté éditoriale = sans moi aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus le prix qui me choque. Pour les quatrièmes de couv' je pense que c'est souvent plus vendeur que proche de la réalité du livre ! :-/

      Supprimer
  5. Le prix est choquant je suis d'accord sur ce point et sur le reste de ton retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même ta critique qui m'a décidé à le lire et je ne le regrette pas.

      Supprimer