samedi 17 novembre 2018

Void Star - Zachary Mason


Multiples réalités !!

Il y a eu Neuromancien et il y aura Void Star. L'éditeur nous présente Zachary Mason comme le digne héritier de William Gibson. N'ayant pas lu le roman de Gibson, Neuromancien, considéré comme l'oeuvre fondatrice du mouvement Cyberpunk - genre que j'affectionne - je n'aurai donc pas de point de comparaison. Toujours est-il que la critique de Gromovar m'a incité à le lire.

Dans un futur proche, le désastre écologique annoncé a bien eu lieu. Le niveau des mers s'est largement élevé, noyant une bonne partie des villes côtières. Géopolitiquement cela ne va pas beaucoup mieux. Les Etats sont fragilisés voire fragmentés. Guerres et guérillas se développent, amenant leur flot de réfugiés qui s'entassent dans des favelas de plus en plus dangereuses. Seuls les drones armés sillonnent le ciel pour surveiller ce monde en déclin. Thales est un rescapé de ces guerres. Fils du premier ministre brésilien, il a survécu à un attentat, contrairement à son père. Un implant a remplacé une partie de son cerveau endommagé lors de l'attentat. Kern quant à lui, survit dans les favelas de San Francisco. Adepte des arts martiaux, il vit de petits larcins jusqu'au jour où il vole un téléphone et se retrouve au centre d'une histoire qui le dépasse.

Côté technologique un palier a été franchi, les Intelligences Artificielles (IA) se développent et se reproduisent toutes seules. Les Hommes sont exclus du processus, plus personne pour comprendre le fonctionnement de ces IA. Seuls quelques experts arrivent encore à communiquer avec elles et trouver les quelques failles inhérentes à leur conception. Irina est l'une de ces personnes capables de "comprendre" les IA, et ce, grâce à un implant mémoriel logé dans son cerveau. Son expertise est très recherchée et James Cromwell un magnat de l'énergie de San Francisco a besoin de ses services.

Irina, Thales et Kern vont voir leur trajectoire se croiser au bout d'une longue et passionnante course autour du monde. Zachary Mason nous livre un roman complexe où les réalités se superposent les unes aux autres. Récit très visuel, riche en images et en sons qui nous plonge au cœur des Intelligences Artificelles. Même si l'auteur essaye d'être didactique, certains concepts sont très difficiles à appréhender et une fois le livre refermé, un doute subsiste sur ce qui nous a été présenté.

L'écriture est saccadée, alternant des phrases très courtes qui claquent et des descriptions plus longues, plus calmes qui posent les images et les errements des protagonistes. Les chapitres sont courts et sautent d'un personnage à l'autre. Le tout donne un rythme fou, avec très peu de temps mort le long de ces 550 pages.

Pour conclure, Void Star sera un roman marquant dans la culture Cyberpunk. Vif et immersif, il est aussi fascinant qu'exigeant. Les différentes réalités peuvent vite perdre le lecteur et la compréhension globale s'en trouve altérée. A découvrir pour les fans du futur monde 3.0 !



8 commentaires:

  1. J'ai autant envie de le lire qu'envie de ne pas le lire (rapport à la complexité notamment). Un peu comme "Neuromancien" cela dit, c'est raccord. =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hésité trop longtemps avec Neuromancien et maintenant j'ai peu que ce soit trop tard, "dépassé" donc je ne voulais pas faire la même erreur.
      Ca se lit assez vite grâce à ses chapitres courts, un page turner efficace !

      Supprimer
  2. "A découvrir pour les fans du futur monde 3.0"
    Voilà, la messe est dite, je ne suis pas très fan du Cyberpunk. Cela triture souvent trop les neurones, et à mon âge, je préfère bichonner les seules qui me restent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après le Cyberpunk englobe tout un tas de lectures hétéroclites mais je confirme que celui-ci ne devrait pas te passionner. ;-)

      Supprimer
  3. J'avoue le titre à l'air intéressant !
    Par contre je suis quand même super étonnée qu'un livre de cyberpunk pur et dur soit publié chez Hugo Roman 😶😶

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais même pas la maison d'édition. C'est un titre qui sort de sa ligne éditoriale. Etrange, en effet !

      Supprimer
  4. Je vais dire comme mon ami canin, même si à la base la promesse pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde ces lectures-ci !
      A suivre...

      Supprimer