dimanche 15 décembre 2019

Vous prendrez bien quelques nouvelles... (6)

Avec Les Editions 1115Le Bélial est mon second fournisseur officiel de nouvelles pour cette année 2019. Année où je me suis décidé à lire ce format court tant vénéré par les blogueurs de l'Imaginaire mais j'y reviendrai dans mon bilan annuel... Place aux deux nouvelles du jour !

*****

Une mélancolique uchronie

Pour célébrer le cinquantenaire de l’alunissage d'Apollo 11, Le Bélial nous proposait en juillet dernier de télécharger gratuitement la nouvelle de Léo Henry, Pour toujours l'humanité. Je ne suis pas très anniversaire c'est donc avec un certain retard que je me lance dans cette nouvelle. L'occasion pour moi de découvrir la plume de Léo Henry

Cette nouvelle met en scène Michael Collins, le troisième homme de la mission Apollo, celui qui n'a pas posé le pied sur la Lune. On le retrouve vieillissant, en villégiature dans un petit village du centre de la France où il croise une de ses admiratrices. Lors d'un repas il lui raconte son épopée lunaire, celle-ci étant un peu différente de celle que nous connaissons.

Pour toujours l'humanité est un texte mélancolique, tout en subtilité à l'idée originale et à l'ambiance particulière. Bref une nouvelle à découvrir.

*****

Un cas de conscience

Deuxième personne du singulier de Daryl Gregory est une nouvelle disponible gratuitement sur le site du Bélial dont le sujet principal est la conscience et l'identité.

Z comme Zen ou Zombie est une drogue qui altère, annihile la conscience pendant quelques instants. Lors d'une overdose, la perte de conscience est totale. Thérèse, une jeune fille, en a fait l'expérience. Après plusieurs mois à l’hôpital, où les médecins ont essayé de lui faire recouvrer sa personnalité initiale, elle retourne chez ses parents...

Daryl Gregory aborde le fonctionnement du cerveau, de la conscience. Une métaphore sur le Parlement, le Messager et la Reine nous permet de comprendre les concepts scientifiques de la pensée. Peut-être un peu léger pour ceux qui connaissent le sujet mais très parlant pour les autres.

Mais voilà, c'est le seul point intéressant de la nouvelle. Pour le reste, je suis complètement passé à côté. Impossible de m'accrocher au personnage de Thérèse, à son histoire. La quête d'identité sur fond de réflexion philosophique m'a laissé froid.



10 commentaires:

  1. Bien aimé la seconde même si je ne me souviens pas des détails. Pas lu la première.
    En tout cas je trouve ça cool que tu te sois mis aux nouvelles, il y a quelques temps tu disais ne pas aimer ça, si je me souviens bine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence à y prendre goût, il faut dire que j'ai lu de bons textes chez Le Bélial et chez 1115 Editions, ça aide !
      Par contre il me faut quand même une vingtaine de pages, en dessous j'ai encore du mal. Mais je progresse...

      Supprimer
  2. Lu les deux nouvelles il y a quelques temps, et je n'en ai plus souvenirs malgré ton résumé.
    Je me rappelle beaucoup plus des livres que j'ai apprécié que des nouvelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis que je les résume mal... lol

      Pour les romans, je ne me souviens pas de tout non plus, ceux qui m'ont marqué restent en mémoire, les autres passent à la trappe. Parfois je me souviens juste que j'ai aimé mais je ne sais plus pourquoi ! ;-)

      Supprimer
  3. Je suis globalement comme le chien critique, l'impression d'avoir moins de souvenirs sur les nouvelles que sur les romans. J'en ai quand même un peu sur la première, au moins de quoi me souvenir qu'elle est en effet recommandable. Par contre, pour la seconde... j'allais dire que j'étais d'accord avec toi, mais finalement en allant me relire c'est plutôt le contraire. Au secours, ma mémoire est corrompue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'importe le souvenir, le principal reste le plaisir de l'instant présent.

      Supprimer
  4. j'avais bien aimé "Le diable est au piano" de Léo Henry..Justement il s'agissait de nouvelles .Je lirai celle dont tu parles.

    RépondreSupprimer
  5. Pas lu la première, par contre j'avais bien aimé la 2e (de toutes les nouvelles de Daryl Gregory que j'avais en stock je crois que c'est ma préféré, ce qui me rappelle qu'il faut que je continue à explorer sa bibliographie...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'inverse Daryl Gregory ne me réussit pas. Je vais en rester là, je pense.

      Supprimer