samedi 30 mai 2015

Le chagrin des cordes - François Weerts


Roman policier navigant entre le Bruxelles d'aujourd'hui, les souvenirs du génocide rwandais et la période faste des Rolling Stones. Curieux mélange, vous allez me dire ?
Tout commence par la mort (accidentelle ?) de Gilles, syndicaliste dans l'usine Forgibel, ancien guitariste et hanté par Mick Taylor, célèbre guitariste des Rolling Stones. Antoine, journaliste économique et ami d'enfance de Gilles, va enquêter sur sa disparition et sur l'usine Forgibel dont le patron aurait fourni des machettes au Rwanda dans les années 90. Le passé de Gilles est-il la clef du mystère entourant sa mort, c'est ce qu'Antoine va essayer de découvrir...

Plusieurs histoires se mêlent donc dans ce thriller assez complexe mais l’ensemble reste cohérent et très agréable à lire.
On notera un petit côté "biographie" des Stones appréciable, très bien documenté, où l'on apprend plein de choses et qui donne envie de se replonger dans leur musique et leur histoire.

Merci à Babelio et aux éditions Delpierre de m'avoir fait découvrir cet auteur et ce roman.






dimanche 17 mai 2015

La route - Cormac McCarthy


Le roman post apocalyptique qu'il faut avoir lu, Prix Pulitzer, critiques dithyrambiques, je m'attendais à prendre une claque. Et bien non ! Roman très court, très sombre, sans espoir, où un homme et son fils marchent sans fin le long d'une route recouverte par les cendres. Dans ce monde dévasté, glacé où les survivants sont rares, ils déambulent à la recherche de nourriture et d'un monde meilleur. Une narration linéaire, entrecoupé de dialogues creux, ne m'ont pas permis de me plonger dans ce monde de cendres.


lundi 11 mai 2015

Julian - Robert Charles Wilson


Robert Charles Wilson nous narre l'épopée de deux amis d'enfance de classe sociale différente, Julian Cosmtock qui se cache de son oncle, Président des Etats-Unis, et Adam Hazzard issu d'une famille modeste. Dans cette fin de XXIIème siècle qui ressemble à notre XIXème siècle, où la population est hiérarchisée, où l'église a les pleins pouvoirs et le président est tyrannique, les deux amis vont essayer d'échapper à la conscription et à leur destin...

Comme toujours avec Robert Charles Wilson, l'écriture est fluide, çà se lit assez facilement mais malheureusement je n'ai pas trop accroché à l'histoire surtout dans sa seconde moitié, où quelques longueurs et redites pèsent sur le roman.