mardi 15 décembre 2015

Lum'en - Laurent Genefort


Ce roman de Laurent Genefort, auteur français prolifique et talentueux, est un fix-up c'est à dire un ensemble de nouvelles se déroulant dans le même univers, regroupées pour former une histoire à part entière.

Lum'en est un Planet Opera, qui se déroule dans l'univers des Portes de Vangk. On y suit à travers six histoires, à six périodes différentes, la colonisation, l'installation, le développement et la décadence d'une société humaine sur Garance une planète habitable située aux confins de la galaxie. Entre chaque chapitre, un petit texte nous présente Lum'en, entité extraterrestre en latence depuis des millénaires qui reprend vie au contact des colons et essaye de communiquer avec eux.

Critique acerbe de l'extrémisme religieux, du monde capitaliste, de la consommation à outrance, de la mainmise des multinationales sur l'homme et son environnement mais aussi fable poétique et écologique où l'espoir est toujours présent, ce roman est un petit bijou. Je ne peux que recommander ce livre à l'imaginaire accessible, à la fois simple et efficace. Sûrement l'un des meilleurs romans que j'ai lu cette année.


samedi 5 décembre 2015

Feuillets de Cuivre - Fabien Clavel


A Paris, à la fin du XIXème siècle, dans une ruelle sombre est retrouvé le corps d'une prostituée. L’enquête échoue à l'Inspecteur Ragon. Inspecteur obèse, atypique, qui passe son temps plongé dans les livres et qui résout les crimes auxquels il est confronté par son immense culture littéraire.

Le roman se divise en deux parties bien distinctes. Une première partie, fin du XIXème siècle, où l'on rencontre l'inspecteur, sa manière de travailler, sa passion pour les livres et son évolution de carrière à travers cinq crimes. Et une seconde partie qui se déroule au début du XXème siècle où l'on se rend compte que tout est lié.

Formidablement bien écrit avec des références à de nombreux auteurs (Verne, Maupassant, Hugo...), ce livre est impressionnant d'érudition mais voilà je n'ai pas accroché, je suis passé à côté. Est ce l'époque à laquelle se déroule l'intrigue, le style de l'auteur, le format du roman, je ne sais pas vraiment... un peu de tout cela peut être !

Pour conclure, je vous incite tout de même à découvrir ce roman, les avis sont très largement enthousiastes, le mien ne reflète pas la tendance générale.


Les avis de Lorhkan, Lune, Cédric, Gromovar


samedi 21 novembre 2015

Légationville - China Miéville


Pour ce roman, China Miéville nous entraîne sur Arieka, planète du fin fond de l'espace où vivent en harmonie les Ariekans, diverses autres races extraterrestres et quelques humains. Ces derniers sont regroupés au sein de Légationville, enclave humaine au sein de la planète et comptoir commercial.
Les Ariékans, appelés de manière respectueuse Les Hôtes, ont un Langage particulier. Ils parlent simultanément par deux bouches et n'expriment que des réalités existantes ou ayant existé. Il ne connaissent ni le mensonge ni la conceptualisation. De même, ils ne comprennent que les personnes s'exprimant par deux voix simultanées. Pour communiquer avec les Hôtes, les Hommes ont créé des Légats, paires de clones humains vivant en symbiose, parlant en deux voix synchronisées mais ne faisant qu'une pour les Hôtes. Ces Légats sont les ambassadeurs et l'interface indispensable à la communication entre les Ariékans et les Légationvillois. L'arrivée d'un nouveau Légat, Légat différent et improbable va remettre en cause l'ordre établi et l'existence même du Langage Ariékan.

Autant le dire tout de suite, ce roman n'est pas dès plus facile à appréhender. Inventivité et créativité sont au rendez vous, il est parfois difficile de s'y retrouver. Dans cet univers tout est nouveau, du langage à la technologie, de la physiologie à l'architecture vivante... le tout enrobé de néologismes et d'un vocabulaire riche, il faut être patient pour pouvoir s'immerger complètement.

La première moitié du roman, plutôt lente, alterne entre le passé et le présent pour nous permettre de nous approprier cet univers en nous amenant tranquillement à l'intrigue principale. Cette première partie est un pur moment de plaisir. Dans la seconde partie, cela s'accélère un peu avec une narration plus linéaire jusqu'au dénouement final un peu rapide qui laisse un petit gout d'inachevé.

Après The City & The City que j'avais adoré, Légationville est mon second Miéville. Encore une bonne pioche, même si ça pêche un tout petit peu au niveau de l'intrigue, l'univers décrit est tout simplement bluffant, époustouflant. L'auteur nous interpelle sur la relation entre le langage et la pensée, nous fait réfléchir sur le pouvoir. Un roman novateur dont je me souviendrai longtemps avec des images très fortes. 



Les avis de Gromovar, Cédric, Lorhkan.






mardi 3 novembre 2015

Faire des Sciences avec Star Wars - Roland Lehoucq


Faire des Sciences avec Star Wars ou comment avoir des réponses à des questions que vous ne vous êtes jamais posées, voilà ce que Roland Lehoucq, astrophysicien au Commissariat à l'Energie Atomique et passionné de science fiction, nous propose ici.
Beaucoup de rigueur scientifique, un peu de mécanique quantique, un poil d'astrophysique, une pointe d'humour et c'est parti pour tenter de nous expliciter ce que peut être la Force, comment fonctionnerait le Sabre Laser ou comment on pourrait voyager dans l'Hyper-espace. Un petit tour d'horizon des différents vaisseaux spatiaux utilisés et un peu de mécanique céleste clôturent notre voyage dans cette galaxie lointaine, très lointaine...

Indispensable aux fans de la série, qui, après avoir lu ce petit livre, ne regarderont plus la saga de la même façon et surtout feront attention aux ombres...

A noter que la version 2015 est une réédition révisée et augmentée de l'ouvrage original, disponible gratuitement en numérique aux éditions Le Bélial. Merci à eux !!






jeudi 29 octobre 2015

La justice de l'ancillaire - Ann Leckie


La Justice de l'Ancillaire, premier tome de la trilogie du Radch, a été multiprimé outre-atlantique (prix Hugo, Locus, Nebula...)

Breq est une soldat ancillaire (soldat humain-marionnette contrôlé par une intelligence artificielle) et seule survivante du Justice de Toren, vaisseau de guerre de l'empire Radch. Depuis vingt ans, Breq cherche un moyen de tuer Anaander Minaai, le Maître du Radch, responsable de la disparition de son vaisseau.
Tout commence sur la planète Nilt, où Breq, sur le point de mettre la main sur l'arme capable de tuer le Maître du Radch, retrouve dans la neige un de ses anciens lieutenants qui a passé près d'un millier d'années en animation suspendue. Vingt ans plus tôt c'est à bord du vaisseau Justice de Toren, que l'on découvre le fonctionnement des ancillaires, cet éclatement du "je" en divers corps, l'utilisation de ces soldats infaillibles obéissant aux ordres sans hésitation. C'est aussi pendant cette période que l'on va découvrir les limites de la multiplicité du "je" unitaire et comment on arrive à la disparition totale du Justice de Toren.

La mise en place de l'univers et la présentation des personnages sont intéressantes mais on tombe vite dans du bavardage, ça manque de punch, de vie. Quelques longueurs et répétitions parsèment ce roman comme ces innombrables séances du thé. Nous avons donc un space opéra on ne peut plus classique, sans grand relief et à la conclusion attendue.
A noter cette petite particularité du roman; l'absence de distinction de genre dans l'empire du Radch, tout est féminin quel que soit le sexe... particularité un peu déroutante qui ajoute de la confusion et n'apporte rien à l'histoire !!!


Les avis de Gromovar, Cédric

vendredi 9 octobre 2015

Touch - Claire North


Kepler est un fantôme, il vit dans la peau d'autres gens, il habite le corps d'inconnus et le quitte plus ou moins vite, sans leur faire de mal, ni leur laisser le moindre souvenir. Sautant d'un corps à l'autre par simple contact, d'une vie à l'autre, homme-femme, jeune-vieux, riche-pauvre en fonction du désir et/ou des besoins. Cela a commencé dans une ruelle sombre, le jour où il fut tué. Tendant la main vers son assassin, il se retrouva à contempler son propre corps par les yeux de son meurtrier. Aujourd'hui on essaie de l'éliminer et on tue ses hôtes, Kepler ne sait pas qui cherche à le tuer ni pourquoi mais il compte bien le découvrir.

Ce roman magistral qui oscille entre thriller fantastique et polar n'est pas d'une lecture facile, il faut quelques pages pour entrer dans l'histoire et comprendre le mécanisme de l'écriture. Malgré de nombreux flash-back et d'incessants changements de corps donc de points de vue, la lecture reste fluide. A chaque instant, on sait où on est, qui on est. A aucun moment le lecteur n'est perdu dans l'histoire ce qui est un atout du livre. Les chapitres relativement courts donnent de la vie au livre et en font un très bon page-turner. De plus c'est un roman intelligent qui nous amène à nous poser des questions sur l'identité et la réalité du moi.

Après Les quinze premières vies d'Harry August, ce deuxième roman de Catherine Webb, publié sous le pseudonyme de Claire North, est un énorme coup de cœur. 


Les avis de Cornwall, Lune


mercredi 30 septembre 2015

La fille flûte et autres fragments de futur brisés - Paolo Bacigalupi



Paolo Bacigalupi nous présente dix nouvelles, toutes plus sombres, plus glauques les unes que les autres. L'auteur aborde ici ses thèmes de prédilection : la destruction de nos ressources naturelles ou l'exploitation de celles-ci par des multinationales, la déliquescence de l'espèce humaine, les effets pervers du génie génétique le tout dans des futurs noirs sans avenir...

A moitié satisfait puisque cinq des dix nouvelles ont retenu mon attention.
  • La fille flûte n'est pas la meilleure du recueil mais c'est sûrement celle qui restera gravée dans ma mémoire... comment peut on inventer une telle histoire, quelle imagination (ou quelle perversion !!)
  • Peuple de sable et de poussière est une nouvelle d'une tristesse absolue où les hommes qui n'ont plus rien d'humain le redeviennent un tout petit peu grâce à un chien. Un peu d'espoir et de poésie dans ce monde sordide.
  • Le chasseur de Tamaris pose le problème de l'accès à l'eau et du contrôle de celle-ci par les grandes firmes multinationales. (Cela m'a fait pensé à la chanson des Cowboys Fringants : 8 secondes)
  • Groupe d'intervention est pour moi la nouvelle de ce recueil. Vie éternelle contre désir d'enfants. Ça secoue, ça fait mal !!
  • La pompe Six sur la transmission du savoir est la nouvelle qui m'a fait le plus réfléchir. 

Les cinq autres ne m'ont pas enthousiasmé voire carrément ennuyé comme celles se passant dans l'univers de La Fille Automate, univers qui m'est vraiment hermétique !!!

Pour finir, je recommanderais ce recueil aux inconditionnels de Paolo Bacigalupi et surtout à ceux qui ont aimé La Fille Automate, aux amoureux du post-apocalyptique et à ceux qui veulent découvrir cet auteur à l'imagination fertile.

La lecture de ce recueil me confirme que je ne suis pas un adepte de la nouvelle, histoire trop longue quand je n'accroche pas ou alors trop courte quand j'aime mais frustré car il me manque quelque chose. C'est vraiment plus un problème de forme que de fond. 


Les avis de Lune, Gromovar, Cédric, Plume, Efelle



lundi 17 août 2015

La Terre bleue de nos souvenirs - Alastair Reynolds


En l'an 2162, l'Humanité a colonisé une bonne partie du système solaire. Cette conquête est en partie due à la famille Akinya, aujourd'hui à la tête d'une multinationale Akinya Space fondée par Eunice Akinya, une pionnière de l'astronautique. Dans ce futur proche, les avancées technologiques sont énormes, implants neuraux, manipulations génétiques, chirurgie (dé)constructive, contrôle de la population par une IA : le Mécanisme, nouvelles sources d'énergie etc...

Ce roman de Hard Science très accessible commence par la disparition d'Eunice Akinya qui a laissé derrière elle des indices, aux sens cachés, accessibles et compréhensibles que par certains membres de la famille Akinya. Geoffrey et Sunday, deux de ses petits enfants, se retrouvent malgré eux pris dans cette enquête qui va les emmener dans tout le système solaire.

Encore un roman fleuve d'Alastair Reynolds, qui prend son temps mais où l'on ne s'ennuie pas. L'univers décrit est cohérent, crédible, les personnages bien campés, diversifiés, le tout dans une histoire où l'on se laisse entraîner avec plaisir. Le véritable Sense of Wonder britannique. 

Un coup de coeur pour ce premier tome de la Trilogie Poséidon, premier opus qui peut se suffire à lui même pour les moins curieux, pour les autres il va falloir attendre quelques mois pour découvrir la suite...



Les avis de Lorhkan, Lune

vendredi 10 juillet 2015

Le paradoxe de Fermi - Jean Pierre Boudine


Robert Poinsot un scientifique vit, ou plutôt survit tant bien que mal dans une grotte du massif alpin. Il décide d'écrire ses "mémoires", ou plus exactement la déchéance de l'humanité à travers son expérience. Le tout commence dans les années 2020 avec une crise économique mondiale, puis une perte des moyens productifs, le tout entraînant la disparition de l'humanité en quelques années. C'est cette disparition de l’humanité qui va entraîner l'auteur, dans le dernier tiers du roman, à donner une solution au Paradoxe de Fermi : s'il y a des civilisations extraterrestres, pourquoi ne les avons nous pas rencontrées ?

Roman très court (une centaine de pages) qui se rapproche de l'Essai,  pessimiste, glaçant, effrayant et malheureusement très crédible.  Seul reproche, l’ensemble est assez froid, enchaînant une succession de faits, sans véritable romance, il manque un petit quelque chose... même si ce n'est pas l'objet du roman.

Au final, un livre qui fait réfléchir, qui interpelle, qui angoisse mais un livre à lire !



Je profite d'une de mes rares lectures de la collection Lunes d'Encre pour dénoncer la politique numérique du groupe Gallimard, propriétaire des éditions Denoël : une honte, un catalogue quasi inexistant, à ce jour 13 ouvrages disponibles sur  les 155 de la collection, des prix exorbitants (entre 12 et 18 euros le ePub) et l'apposition de DRM !  No comment !



dimanche 21 juin 2015

Points Chauds - Laurent Genefort


Tranches de vie d'une demi douzaine d'hommes et de femmes, de tous horizons après l'apparition des "Bouches" sur notre bonne vieille Terre. Bouches, sorte de trou de ver reliant les planètes entre elles, d'où sortent une quantité d'extraterrestres aussi divers que variés. Ces extraterrestres souvent inoffensifs  ne font que passer sur Terre,  le temps de trouver une nouvelle Bouche qui les emmènera ailleurs, ou rester pour ceux qui n'ont nulle part où aller...

Laurent Genefort, nous dépeint les différentes facettes de l'humanité, sombre ou pleine d'espoir face à la différence... un court roman très agréable à lire, divertissant et plein d'imagination, on en redemande !